LA THYROÏDE

par | Sep 4, 2020 | Conseils | 0 commentaires

LA THYROÏDE

La thyroïde, cette petite glande en forme de papillon située au niveau des deux derniers boutons du col de chemise, n’est pas souvent mentionnée au cours de votre visite chez le médecin et pourtant…
Perte de poids qui ne se fait pas malgré un régime ou au contraire amaigrissement inexpliqué, reflux gastro-oesophagien, difficultés à tomber enceinte, frilosité, chute de cheveux, perte de la voix, perte de l’extrémité du sourcil, transit perturbé…autant de symptômes variés qui peuvent s’expliquer par un dysfonctionnement de cette glande.

La Thyroïde et son impact

Elle gère des aspects absolument vitaux de notre santé: croissance, humeur, transit, régulation de la température corporelle, cholestérol, glycémie, rythme cardiaque…Ainsi s’explique la diversité des symptômes rencontrés, qui rend si difficile le diagnostic d’une dysthyroïdie.
C’est pourquoi, lors d’une visite au cabinet, à Annemasse, l’une des premières questions concernera vos bilans sanguins et votre taux de TSH ultra sensible.

Le fonctionnement thyroïdien

La TSH ( ou thyréostimuline), c’est-à-dire l’hormone de base,  est sécrétée par l’Hypophyse et vient stimuler la thyroïde afin qu’elle produise des T4 (la majeure partie de sa production) et des T3 (en moindre quantité). Les T3 constituent l’hormone effectivement active dans le corps. Les T4 sont convertis en T3 par une enzyme que l’on retrouve majoritairement dans le foie et les reins. Il est donc vital que ces organes soient bien fonctionnels pour faire leur travail. Il existe ensuite un « rétro-contrôle » avertissant l’hypophyse de freiner sa production de TSH lorsque celle-ci est suffisante

Lorsque le taux de TSH est « hors normes »…

En naturopathie, nous considérons que la thyroïde est en « sur-régime » lorsque la TSH dépasse 1.5 mUI/L, en « sous-régime » si on est en deça de 0.4. Ce qui constitue une fourchette bien plus limitée qu’en médecine générale ou le taux maximum est de 4mUI/L… Taux qui est parfois dépassé avant qu’il ne soit détecté.

Il faut savoir que le dysfonctionnement thyroïdien va souvent dans le sens d’une hypothyroïdie (fonctionnement ralenti, constipation, frilosité, perte de cheveux, prise de poids) plutôt que vers une hyperthyroïdie (accélération du métabolisme, perte de poids…), et que ce sont surtout les femmes qui sont le plus souvent atteintes de troubles de ce type.

Il est intéressant de noter qu’en décodage biologique, la thyroïde est le « troisième ovaire », et qu’elle symbolise par ailleurs tout ce qui reste bloqué « en travers de la gorge ». Le non dit et la frustration (qui impacte l’organe de filtration majeur qu’est le foie) sont donc à explorer.

Que faut-il pour un bon fonctionnement thyroïdien?

Comme toujours, en ayant avant toute chose des sources de graisses saines: poissons gras des mers froides, huiles bio première pression à froid de lin ou de cameline, huile d’olive de belle qualité, fruits oléagineux, avocat, graines de lin, de chia…qui permettent une bonne fluidité membranaire et des récepteurs aux hormones thyroïdiennes fonctionnels.
Ensuite, apportez à votre corps les micro-nutriments concernés: un taux de fer suffisant, un taux de sélénium optimal (soit deux noix du Brésil par jour), de l’iode (pensez poissons), du zinc, des vitamines du groupe B et bien sûr, l’acide aminé (protéine de base) tyrosine que l’on retrouve principalement dans les produits d’origine animale (mais aussi dans les oléagineux, l’avocat..)

Vous aurez noté: le fer…mesdames, faites tester vos taux! Des règles abondantes, un effort physique important, une récente grossesse, un transit perturbé, une mauvaise digestion des graisses, auront un impact négatif sur votre taux. Un bilan martial s’impose.

Attention aussi aux perturbateurs endocriniens, à la pollution, aux métaux lourds qui viennent altérer le fonctionnement du foie et donc celui de la thyroïde par extension.

Le stress est également l’ennemi de la thyroïde: au lieu de convertir les T4 en T3, le corps va produire des T3 Reverse, c’est à dire une molécule similaire mais inefficace…

Dysthyroïdie et Maladie auto-immune

Dans certains cas, le corps se met à produire des anticorps qui vont attaquer votre thyroïde. Anticorps anti TPO/TG sont des marqueurs d’une maladie auto-immune. S’ils sont présents dans vos analyses, votre naturopathe vous conseillera un régime d’éviction du gluten, source d’inflammation et vous expliquera comment modifier votre alimentation. En effet, le gluten provoque chez tout le monde une perméabilité intestinale accrue, et si la barrière intestinale devient poreuse, un passage de toxines dans la voie sanguine va s’opérer, et donc, dans la durée, générer une inflammation. Lorsque le corps commence à produire des anti-corps contre lui-même, c’est le signe d’une dérégulation massive du système immunitaire, et le contrôle de l’infammation sera capital.

Vous présentez un ou plusieurs symptômes listés ici? Sachez que les dysfonctionnements sont souvent dus à de simples carences, et qu’une fois celles-ci identifiées et mesurées, l’alimentation et la micro-nutrition peuvent rétablir la situation.

Attention : Ne mettez pas en place ces conseils sans consulter au préalable un professionnel de santé.

Les trois derniers articles

Tout savoir sur le cholestérol

Tout savoir sur le cholestérol

Le mot "cholestérol" est généralement connoté négativement dans nos esprits car associé à l'idée de maladies cardio-vasculaires.  On entend souvent...

Le Sucre

Le Sucre

Le goût du sucre est le premier auquel un nouveau-né réagit in utéro. Donner du sucre à un tout-petit qui souffre lui permet d'atténer la perception...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.